"L'atelier d'écriture est un lieu de transformation. Les mots que j'écris changent mon regard sur les mots. La matière de la phrase s'émancipe des clichés et enfermements. Je deviens auteur, faiseuse de rencontres. Je me réjouis de l'Autre qui me mène au texte. L'atelier d'écriture me donne à lire autrement la marge et la page."

Publications

No Raccord

couverture 2.jpg

Une expérience de publication à vivre en ligne

https://no-raccord.webnode.fr/

Ce texte n'existe que parce que les lecteurs interviennent, oeuvrent et partagent avec l'auteur un processus de création risqué, ouvrant des possibles étranges et incertains.

L'expérience en ligne a débuté en septembre 2018, elle sera potentiellement achevée en décembre 2018. De là naîtra une forme papier, alliant les textes, sons, vidéos, images qui auront pu émerger de cette expérience.

Les modalités d'interaction se découvrent au fur et à mesure des rencontres. Mais il est possible de s'abonner ici pour recevoir toutes les semaines le nouvel épisode de la saison 1.

2011, Editions Soleils et cendre

prise de parole engagée dans un noir combat

parler jusqu’à crier à devenir enfant en croquant la craquelure invisible des mots jusqu’à rapetisser en eux

se précipiter et courir trop vite, trouver la moindre petite difficile pulsion de couleur

entendre les ressentiments violents du revenir

tordre le sens, lui faire prendre le dernier virage jusqu’à ce que le jour en soit énervant

prendre ses larmes

se rendre si loin du dernier petit rêve, retomber dans le culte du non sens

trois pas en arrières pour la course aux vides essentiels

déchirés à se défaire

dans l’espoir enfin de trouver l’instant rare s’y plonger pour parler droit

regard de mots croisés, le dire rentre vivant  dans la craquelure invisible de tes mots

2014, Editions Encres vives

Une écorchure touche la main, c'est l'envie de grandir.

La faucheuse gonfle ses cicatrices, le ciseau plongé dans l'étoile et le voile, un début de révolte, un frisson tout clair et la sécurité du soleil que le chat lèche sur son pelage.

Ca gratte la main dans ses reflets, et l'incendie. Dans ses gémissements. L'incendie du muscle et des mains chaudes à travers la mer, catapulte du trou.

Pourtant, à la surface, éclairée à l'aveugle dans l'angle mort.

Pourtant, au fond des mots, le soleil finit sa course dans l’œil. Car il ose, l'astre, il sait se recroqueviller jusqu'à l'inconfort dans le mouvement des mondes et des mots : la carapace.

Il ose, l'astre, asseoir son empreinte, à quatre pattes, en plein bang du retournement du sens.

lectures

improvisations poétiques orales

La satisfaction - Stéphanie Fouquet
00:00 / 00:00
User les mots - Collectif ÔDébi
00:00 / 00:00
Félix - Stéphanie Fouquet
00:00 / 00:00
l'ombre - Stéphanie Fouquet
00:00 / 00:00